News

"Les Jardins de la Lune" arrive en librairie !

Illusration de couverture : Marc Simonetti 

A peine un mois après la sortie de L'Empire du Léopard et trois semaines après celle de Poussière fantôme, voilà que je reprends cette fois ma casquette de traducteur, au cours d'un printemps décidément très chargé ! 
Point d'orgue d'une aventure au long cours et en même temps menée tambour battant - en moins d'un an, pour boucler l'ensemble de cette affaire ! - la parution du roman de Steven Erikson ce 18 mai, à moins d'une semaine des Imaginales, marque forcément une étape importante. 
Celle du retour en France d'un auteur majeur du genre, qui n'a précédemment pas su, ou pu, rencontrer son public par chez nous.
Espérons que les choses changent avec les éditions Leha !


Et, peut-être, un peu, grâce à mon travail de traduction. En tout cas, sachez que j'ai fait tout mon possible et que j'ai mis tout mon cœur dans ce travail, avec, comme toujours, un petit coup de chapeau à mon comparse Nicolas Merrien pour son rôle de "superviseur", en tant que spécialiste ultime de l'auteur. 
D'ailleurs, si vous voulez en savoir plus sur cette aventure éditoriale épique et sur l'oeuvre et le cycle des Malazéens en tant que tel, je vous invite, évidemment, à prêter une oreille à l'écoute du dernier podcast en date d'Elbakin.net, consacré justement à Steven Erikson.
Le monde est tout de même bien fait ! 

Evènement : les Futuriales 2018 !

Chers amis !
Retrouvez-moi samedi 5 mai à Aulnay-sous-Bois, dans le cadre du festival des Futuriales (9e édition), à partir de 10h !

Cette manifestation - qui se tient dans le parc Dumont - met chaque année à l’honneur les littératures de l’imaginaire tous genres confondus, SF, Fantasy, et Fantastique, en leur offrant un espace de valorisation, de visibilité et de rencontres avec les lecteurs. 
La librairie propose à la vente les trois derniers titres par auteurs. 

J'aurais donc le plaisir d'être présent sur place, avec plus de 40 auteurs invités pour l'occasion !

Oh, et en prime, un certain Célestopol est en lice pour le prix Révélation 2018... 

Poussière fantôme est disponible !

Voilà, tout est dans le titre ! 

Et ci-contre, quel beau montage photo.
Plus sérieusement, voilà, mon second roman de l'année 2018 est en librairie depuis ce matin, dans un registre, on va dire Young Adult (et fantasy urbaine). 
J'ai toujours considéré ce projet publié chez Scrineo comme un tour de montagnes russes (hallucinées ?) et j'espère que vous prendrez autant de plaisir à le lire que moi à l'écrire ! 

Bonne lecture tout le monde ! 
 

Poussière fantôme : bienvenue au Québec hanté !

Illustration : Xavier Collette 

Une semaine après L'Empire du Léopard, nouvelle sortie en librairie, ce jeudi 26 avril !

Je me devais donc de revenir sur ce second roman, évidemment.
Et pourquoi pas en vous présentant quelques lieux qui ont pu m'inspirer en cours d'écriture, à l'image du projet tout entier, né après une visite de Québec (Québec, la ville) hantée justement. 

 



 

 


 

Si le début de Poussière fantôme se passe à Montréal, l'église mentionnée dans le premier chapitre du roman se révèle avant tout inspirée de La cathédrale de la Sainte-Trinité, à Québec.
Dans ce lieu soi-disant le plus hanté de la ville, l'orgue jouerait parfois de la musique tout seul et le fantôme d'une femme apparaît à l'occasion près de l'autel. On raconte même que lors de sa visite en 1987, la reine Elizabeth II aurait elle-même aperçu un spectre de femme près de l'orgue, qui regardait en bas de la balustrade.
Ajoutez à cela une histoire de religieuse enterrée vivante... 

 

 

 

Un lieu réellement arpenté par nos héros à Montréal même n'est autre que le square Dorchester.
Par le passé, au début du 19eme siècle, cet emplacement abrita notamment un cimetière, avant de devoir déménager, faute de place, au fil des épidémies. On vous laisse toutefois imaginer ce qu'il pourrait se passer en cas de présence résiduelle de quelques spectres récalcitrants... 
 

Un autre lieu que je tenais à inclure dans les aventures d'Archibald n'est autre que le quartier chinois de Montréal. Attention, comme souvent avec ces auteurs mal intentionnés que je représente ici, je n'ai pas forcément respecté la réalité du cadastre à 100%. Pour résumer, même si je le présente d'emblée comme modeste, le véritable quartier chinois de la ville reste petit comparé à d'autres grandes villes dans le monde. 

 

1200px-WTMTL_T50_IMG_2477.JPG

Traversé de façon un peu plus "conséquente" dans le roman - puisque l'agence d'Archibald et Isidore y organise le gros de ses visites, le Vieux-Montréal compte lui aussi son lot de fantômes et d’histoires "véridiques", que pour le coup je n'ai pas - ou à peine... - retouchées (j'ai d'ailleurs déjà évoqué le square Dorchester)...
Pour preuve, le château Ramezay, hanté par deux fantômes, un gardien du nom d'O'Leary et une certaine Mademoiselle O'Dowd. Plusieurs témoins affirment aussi avoir entendu des voix, senti des odeurs de soufre ou vu des matériaux qui se détachaient... Sans parler de la rue Saint-Paul, avec là aussi deux autres revenants, cette fois assassinés par un bourreau corrompu.   

A Québec même, comment ne pas mentionner le célèbre Château Frontenac
Soi-disant hanté par le comte de Frontenac, Louis de Buade, à la recherche de sa fiancée, absente au moment de sa mort en 1698, qui elle aussi hanterait les lieux.
Plusieurs témoins affirment l'avoir aperçue, errant dans les couloirs, en chemise de nuit blanche. Elle aurait également été vue à l’intérieur des chambres. 
Cela dit, le château devenu hôtel de luxe abrite bien d'autres secrets... 
 

Québec, c'est aussi bien entendu le majestueux fleuve Saint-Laurent (tout comme Montréal cela dit), le cimetière Saint-Matthew (une prochaine fois, peut-être ?) ou encore les fameuses plaines d'Abraham, leur citadelle ou leurs marmottes fantômes (si, si, je vous jure !)... Entre autres surprises, là encore !


 

Bref, j'espère que ce tout petit aperçu de quelques lieux mis en scène dans ce roman publié chez Scrineo vous aura plu !
Et puis, au-delà des décors, ce qui nous donne une histoire réussie, c'est avant tout des personnages à la hauteur des enjeux de l'intrigue. Sur ce point, ce sera à vous de me le dire, mais je croise les doigts !
Hé, attention, derrière vous, un drap blanc ! 

L'Empire du Léopard : quelques personnages à découvrir !

Je l'avais dit la semaine passée... après l'univers, les personnages qui le peuplent ! 
Ou du moins, quelques-uns, puisque je me suis concentré sur des personnages rencontrés au cours de la première partie du roman. 

Personnellement, je préfère toujours illustrer la bio d'un personnage, mais comme je ne pouvais malheureusement pas rêver du coup de crayon de Pierre Droal pour chacun d'entre eux (ni même sur Karen Gillan pour du cosplay...), j'ai donc fait comme j'ai pu. 
Parfois, moi-même je ne vois pas exactement le personnage ainsi (je pense en premier lieu à Camellia), mais, hé, c'est toujours mieux que juste du texte !
C'est parti. 

Artwork : Pierre Droal

Cérès Orkatz :

Le colonel Orkatz dirige l'un des trois régiments d'infanterie déployés dans la Lune d'Or. 
Présente depuis les débuts de cette campagne, voilà six ans désormais, elle a perdu ses idéaux depuis longtemps, peut-être d'ailleurs avant même de quitter le royaume du Coronado de l'autre côté de l'océan.
Cérès semble lentement mais sûrement s'éloigner des réalités de la péninsule tout comme des hommes et des femmes sous ses ordres. Elle n'en demeure pas moins une forte tête et surtout le bras droit du vice-roi Dolémont qui se repose volontiers sur elle, y compris au-delà des questions militaires. 
 

Artwork : juanco

Camellia :

Cette jeune indigène a été libérée de son destin de Livre de Sang aux mains des sorcières de son peuple par le colonel Orkatz, à qui elle voue une admiration sans bornes.
Érigée en symbole de l'avenir du la colonie par le vice-roi, elle a récemment intégré les rangs du 22e. Rares sont les indigènes à l'avoir fait jusqu'à maintenant, en dehors d'une poignée d'éclaireurs. 
Camellia lutte encore pour trouver sa place et n'a pas vraiment d'amis au milieu de ses camarades. 
 

Artwork : nipuni 

Philomé Dolémont :

Le vice-roi de la colonie n'est autre que le cousin du Roi Philippe, même si gouverner le Nouveau-Coronado n'a rien d'un cadeau de la part du souverain.
Pétri de bonnes intentions, respectueux des cultures indigènes (peut-être en partie du fait de ses propres origines), Philomé cherche avant tout à contenter chaque camp, mais il s'agit d'une tâche malheureusement impossible, malgré toute la bonne volonté du monde. Touchée par ses idéaux, Cérès n'en demeure pas moins souvent en conflit avec lui, même si elle ne peut afficher ses désaccords publiquement. 
Au début du roman, Philomé doit ainsi composer entre les exigences du Conseil des grands propriétaires terriens et les revendications des indigènes, sans même parler de celles des colons qui pensaient faire fortune.
 

Artwork : Jason Chan

Dumelin Argeloant :

Dumelin n'est autre que l'intendante du régiment de Cérès, avec qui elle a fait ses études d'officier à l'Académie Royale du Coronado.  
Pragmatique, la jeune femme n'a pas la langue dans sa poche, ce qui ne l'empêche pas de savoir faire preuve de recul. Fidèle en amitié et fine observatrice, elle s'inquiète pour Cérès, devenue une amie depuis longtemps.
Malgré tout, elle prend les choses comme elles viennent, rompue aux imprévus d'une campagne militaire qui n'en finit pas et s'est muée au fil du temps en tout un tas d'autres missions. 
 

Artwork : Fenghua Zhong

Melchior et Alario : 

Petit-fils de Melchior, l'alchimiste d'Etat du régiment, Alario n'est encore qu'un jeune homme, qui, contrairement à beaucoup, semble apprécier la vie que lui offre la Lune d'Or. Passionné par l'alchimie, mais tout autant par la culture locale des indigènes, il cherche à établir des liens entre les deux, sous l’œil souvent inquiet de son grand-père. 
En effet, si le titre d'alchimiste d'Etat était autrefois prestigieux au sein de l'armée, Melchior a vu ce dernier devenir avant tout honorifique, ou du moins, désuet.
De fait, si Cérès apprécie le vieil homme, elle le laisse le plus souvent ruminer dans sa roulotte, sans vraiment solliciter ses talents. 


 

Artwork : Jakub Rozalski

Jolyon Almanzar :

Soldat sous les ordres du sergent Apollaire, Jolyon fait partie des vétérans du régiment et croise depuis peu souvent la route de Camellia. Il ne cache pas son mépris à l'égard de la jeune fille et de ses origines, ce qui ne l'empêche pas de lui reconnaître certains talents, arme à la main.  
A fleur de peau, Jolyon mène la vie dure à ses camarades mais les plus proches d'entre eux le suivent sans vraiment remettre en cause ses décisions. 


 

Et voilà !

Tous ces protagonistes apparaissent dans la première partie du roman (sur quatre). Autant dire que j'aurais pu vous en présenter aujourd'hui BEAUCOUP plus, et non des moindres d'ailleurs, à l'échelle de l'histoire tout entière ! Et notamment des dignitaires de l'Empire du Léopard proprement dit.
Je ne citerai d'ailleurs que l'Infante Constance, et encore, davantage pour pouvoir placer l'illustration de Sergey Gurskiy (ci-contre), car il s'agit autrement d'un personnage tout à fait secondaire... et en même temps, peut-être pas... Mais je n'en dis pas plus ! 

L'Empire du Léopard sera disponible le 19 avril. 
Je vous souhaite une bonne lecture ! 

Poussière fantôme : petit décalage de date !

Imprimer en France, c'est un choix important et qui mérite d'être soutenu. 
Comme d'autres romans des éditions Scrineo ces dernières semaines, Poussière fantôme va donc connaître un petit "retard" par rapport à sa date de parution initiale, mais d'une semaine à peine. D'où les guillemets. 
Ainsi, mon second roman de l'année arrivera en librairie le 26 avril et non plus le 19. 

Mais, histoire de patienter, voici les premières pages ! :-) 

Bonne lecture !