News

Concours Célestopol : résultat !

Après un dépouillement comprenant des centaines... hum, bon, des dizaines de participations, Frigg, l'émérite huissier à qui je n'ai pas demandé son avis pour l'embarquer dans cette histoire, a donc désigné... 

Camille B., comme la gagnante de ce "grand" concours
Elle recevra donc comme convenu un exemplaire de Célestopol, ainsi que la fameuse lampe lune... et même un petit cadeau bonus !  
Surprise en vue. :-) 



Merci à toutes les participantes et toutes les participants : 77 au total, + 4 qui n'ont pas donné les bonnes réponses, à savoir : 

- Oderint dum metuant « Qu'ils me haïssent, pourvu qu'ils me craignent ! »
- 1851
- Le duc Nikolaï 


Pour toutes celles ceux qui n'ont pas gagné, vous devriez malgré tout bientôt pouvoir découvrir cet univers si le cœur vous en dit. Et pour ceux qui le connaissent déjà, il se profile aussi quelque chose... 

(Sinon, ma dédicace de samedi dernier s'est très bien passée ! Même si évidemment, actualité 2018 oblige, Célestopol n'était pas au centre des signatures, mais plutôt L'Empire du Léopard et un peu Poussière fantôme, bien sûr !)

Projets, planning, 2018, 19, 20...

On soufflera plus tard !

- Quel plaisir en effet de mettre à jour une page qui m'est chère sur ce site, à savoir celle concernant mes projets dans le domaine de la nouvelle !
Je viens d'en annoncer deux de plus, Toungouska et Miroirs et fumée, sans compter que j'espère pouvoir vous parler bientôt d'une troisième anthologie avec votre serviteur au sommaire, et qu'une autre des nouvelles évoquées sur cette page, Danser avec le chaos, devrait enfin paraître sous peu ! 

- Dans un registre beaucoup plus... académique, je voulais aussi officialiser pour de bon ma présence au sommaire du Dictionnaire de la fantasy, à paraître cet automne aux éditions Vendémiaire. Anne Besson, que l'on ne ne présente plus, présente justement le projet sur Elbakin.net
Seul ou très bien accompagné, je me suis chargé de cinq articles. 
 

Mais avec tout ça, finalement, on reste dans les eaux de 2018 ! Pour ce qui est de l'année prochaine, voire de 2020, il faudra encore patienter quelques jours, voire quelques semaines... mais les choses se précisent côté écriture !
 

Vive le vent d'hiver 2017 !

Et tout d'abord, avant d'entamer ce premier - court - billet de l'année... meilleurs vœux à toutes et tous ! Visiteur de passage ou éventuel "habitué" des lieux, je vous souhaite dans tous les cas une très belle année. 

Pour rester dans le ton du titre, deux/trois infos en coup de vent justement !

- L'anthologie "Routes" de Rivière Blanche est désormais officiellement disponible à la vente, après une avant-première en festival ! Vous pouvez y retrouver ma nouvelle Brasier.
- Je viens enfin de prendre une bonne résolution et de mettre à jour la colonne Traduction de ce site ! Il était temps ! A vous de cliquer. 
- Et c'est donc aussi l'occasion de dévoiler mon autre traduction en cours, à savoir Ink d'Alice Broadway. Il s'agit du premier tome d'une trilogie Young Adult publié chez Scholastic UK et Pocket Jeunesse en France. Evidemment, un roman où il est question de tatouages, ça ne pouvait que m'intéresser ! 

2016, c'était le Village. 2018, ce sera...

© Juha Arvid Helminen

Dans quelques jours, il sera temps de se livrer au traditionnel bilan de l'année !
"Petite" différence pour 2016, j'aurais deux bilans à faire : celui habituel concernant mon travail de traducteur. Et maintenant, un bilan "auteur". :-) (Oui, je mets un smiley, c'est dire si je suis content !)
Et comme j'aime bien faire les choses dans le désordre, autant parler de l'avenir ! 

Si 2017 sera très " nouvelles" (sous différentes formes d'ailleurs, avec Célestopol ou d'autres petits trucs), avec aussi je l'espère la concrétisation du projet Phantom Dust (nouvelle mouture renvoyée à l'éditeur il y a quelques jours) en plus, 2016 fut placée en grande partie sous le signe du Village
Qui dit premier roman, dit saut dans l'inconnu. Je ne pouvais qu'espérer que l'accueil soit bon. Et visiblement, ceux qui ont lu le roman ont l'air d'avoir apprécié ! Le Village finit l'année à 4,33/5 de moyenne par exemple sur Babelio et les dernières chroniques en date, comme celle de Mariejuliet ou de Lorhkan, sont, objectivement, (très) positives. 

Vous n'imaginez pas le bien que m'ont procuré tous ces retours. 
Surtout, ils m'ont replongé au cœur de cet univers qui évidemment m'est très cher mais que j'avais mis de côté pendant de longs mois (je renvoie au parcours assez "chaotique" de la genèse du roman). Et quand on commence à s'imprégner de nouveau d'une atmosphère dans laquelle on a mis tellement de soi, que l'on recroise ces/ses personnages... Il se passe quelque chose. 
Des idées que l'on avait mises de côté resurgissent. Le destin de certains personnages revient vous hanter. D'autres apparaissent. De nouvelles questions s'accumulent. 
Et on atteint la masse critique ! 

Je vais donc retrouver l'univers du Village en 2018. 

Pour les lecteurs de ce dernier comme pour les autres, je précise tout de suite qu'il ne s'agira pas d'une suite directe. En tout cas, ce n'est pas le sens de mes 10 pages de synopsis ! Je vois plutôt ce projet comme une exploration des conséquences du final du Village. Et si certains personnages feront leur retour, l'histoire du Village et sa conclusion se suffisent toujours à elles-mêmes. 
Mais j'avais depuis le début vu "plus grand" pour cet univers, en le gardant pour moi. Aujourd'hui, j'ai envie justement d'aller voir plus loin. Donc si vous voulez en savoir plus sur ce qui se cache derrière l'homme brûlé, sur ce qui se passe de l'autre côté, si vous voulez changer de cadre (du village à... la ville ?), mais en conservant le même ton sur le fond... Je pense que ça pourrait vous plaire. 

J'espère que ce projet vous intéressera. Et oui, c'est ce qui correspond à la page Akira 2018 sur ce même site. Si vous connaissez le manga ou le film de Katsuhiro Otomo, ça peut aussi constituer un indice ! 

Très bonnes fêtes de fin d'année à tous ! 

En avril, planning et timing

(Et "Ne te découvre pas d'un fil", un proverbe qui n'a d'ailleurs jamais été aussi vrai qu'au Canada, si je puis me permettre.)

Ah, Bologne et Londres pour ce qui est des salons pros, les vacances de printemps en prime... voilà déjà trois bonnes raisons de se retrouver avec des éditeurs fort occupés !
Pour le reste, je le disais déjà dans un billet au début du mois, mais j'espère pouvoir tout bientôt en finir avec la discrétion et le teasing, deux outils que je manie plutôt bien mais qui demande à être remplacés eux aussi.
Et tel Moss, j'ai justement fini mon verre de lait cette fois...


Histoire de patienter et comme c'est un peu la mode, si vous avez des questions à m'adresser sur le métier de traducteur ou même sur Elbakin.net, je pourrais toujours en sélectionner 5 (si j'en reçois cinq évidemment !) et m'engager à y répondre ici avant la fin du mois.

(En fait, je me rends compte que c'est une drôle de façon de vouloir se changer les idées que de discuter de son "domaine" d'activité, mais bon...)

Retour sur l'aventure SciFiNow

C'est indiqué dans l'édito de ce 12eme et dernier numéro de SciFiNow, paru voilà quelques jours maintenant : l'aventure se termine ici.

Lorsque nous avons été contactés sur Elbakin.net à l'initiative de Mathieu Saintout il y a un peu plus de deux ans maintenant pour participer à cette histoire, j'avoue que je n'ai pas hésité longtemps. Quitte à ce que ce nouveau magazine propose une section de chroniques de romans... autant nous en charger nous-mêmes ! Certes, je n'estime pas qu'Elbakin.net détienne la vérité absolue dans ce domaine ou un autre, mais je pense évidemment nos papiers de qualité, et toujours honnêtes dans leur approche. Qui plus est, se retrouver partenaire d'un tel magazine nous permettait sans doute de toucher des gens qui ne connaissaient pas le site. 

Pendant deux ans donc, j'ai donc préparé tous les deux mois une sélection des chroniques de romans disponibles sur Elbakin.net. Dans quelle optique ? Eh bien, dans le but le plus souvent de mettre en avant nos coups de cœur plutôt que d'accorder de la place à des romans qui ne le méritent pas. Là encore, quitte à profiter de la visibilité proposée par un magazine tiré à plusieurs milliers d'exemplaires, autant parler d'ouvrages qui nous ont vraiment plu.   

C'est ce que j'ai tâché de faire du mieux possible, en tentant aussi de profiter de cette sélection bimestrielle pour montrer à ces nouveaux lecteurs quelle était et quelle est toujours la ligne directrice du site. C'est à dire la recherche de titres de qualité, aussi bien sur le fond que sur la forme, mais sans renier une certaine dimension divertissement ou dépaysement qui compte tant pour certains amateurs de fantasy. Être classique n'est pas un problème : mais rester prévisible, redondant, sans imagination, sans vie, nettement plus.

Je voulais profiter de ce billet pour remercier l'équipe éditoriale de Panini qui ne m'a jamais imposé aucun choix, ni insister pour qu'on mette en avant des ouvrages Eclipse. Il se trouve juste que ceux-ci étaient bons. Eh oui, parfois, ça aide, même si malheureusement, "pousser" un roman ne suffit pas toujours à en faire un succès. En tout cas, pas pour nous. J'ai aussi appris au contact des autres acteurs du magazine (Glissons un salut amical à Aurélien Vives que j'aurais souvent embêté par mail).
Même si c'était donc parfois le cas, se reposer sur un simple copier/coller était loin de constituer la solution idéale. Il fallait donc recontextualiser l'ouvrage, ne pas faire trop court ou trop long, ne pas oublier que l'on ne s'adressait pas au public d'habitués du site... Relire une chronique datant de plusieurs mois représente également un exercice pas toujours très agréable mais utile, afin de parfaire son propos.

Au bout du compte, cette participation a-t-elle radicalement changé Elbakin.net ? Non. Nous n'avons pas vu des centaines de personnes nous rejoindre sur le forum ou ailleurs. Impossible de cliquer directement sur un lien depuis son exemplaire papier ! La presse des années 2010 ne le permet pas encore.
Un magazine, hors revues visant un public "de niche", est-il condamné à ne pas marcher, du moins à moyen terme ? De mon point de vue, ce n'était pas tant une question de manque de lecteurs (ils étaient là) que de marché très difficile depuis quelques années. Après tout, si la licence SciFiNow se révélait pour ainsi dire inconnue en France, le magazine surfait beaucoup sur l'actualité et par exemple des séries TV grand public.

Ce fut donc une expérience enrichissante sur un plan professionnel et que l'on aurait bien sûr souhaité voir se prolonger. Ce n'est pas le cas. Tant pis mais nous n'avons pas à rougir de notre participation. Avec un peu de chance, des ouvrages de qualité ont gagné quelques lecteurs.
C'est déjà ça de pris.

Coverama

L'artbook de Marc Simonetti a donc pris vie.
Après bien des péripéties - mon exemplaire m'attendait à la Poste sans que je le sache depuis 8 jours... -, j'ai finalement pu mettre la main dessus !
Je ne vais pas vous scanner - sacrilège ! - ou prendre en photo des dizaines de pages. D'autres l'ont déjà fait depuis sa sortie, et sans doute mieux que je ne pourrais le faire.

Mais je peux revenir brièvement sur cette aventure que j'ai toujours soutenue, notamment à travers Elbakin.net bien sûr. Au-delà de mon admiration pour l'artiste, je dois bien avouer que Coverama est un projet aussi un peu spécial pour moi à titre personnel, depuis que Marc m'avait annoncé que l'illustration de couverture de mon roman Le village figurerait dedans. Avec même quelques bouts de nos échanges par mail afin de concevoir ladite illustration, échanges où je m'aperçois avec le recul que je racontais facilement n'importe quoi.  ;-)

C'est donc fébrilement que j'ai entamé ma découverte de cet artbook. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que certaines illustrations - notamment au format poche à l'origine - explosent littéralement sur papier. L'objet lui-même est magnifique et le papier de grande qualité justement. C'est un plaisir de retrouver les univers auxquels Marc a donné vie au fil du temps et donc parfois de plonger dans les coulisses de la confection d'une illustration (Je ne parle évidemment pas ici de la mienne). 
Le moins que l'on puisse dire, c'est que la sélection est exhaustive et on passe avec délectation de Westeros au Disque-Monde, mais sans oublier des dessins moins connus.

A titre personnel, j'aurais aimé m'investir davantage car on peut toujours faire plus. Cela dit, je trouve quoi qu'il en soit que cet artbook rend vraiment un bel hommage à un artiste qui le méritait bien !

Oh, allez et puis voilà quelques photos floues.

NB : concernant Le village, Marc m'a fait le plaisir d'une dédicace dont je reparlerais sans doute plus tard...

Et pendant ce temps-là en librairie...

Un traducteur ne reste pas toute la journée assis devant son ordinateur...
Il lui arrive aussi de faire un petit tour en librairie !

La preuve avec les photos  ci-dessous, avec ma plus récente traduction en date de sortie, de même que le retour du Régiment Perdu dans le cadre de l'opération "10 ans 10 euros" de Bragelonne.
Je reviendrais d'ailleurs sur le Régiment dans le cadre d'un billet à part la semaine prochaine.

De l'autre côté de l'Atlantique, c'est la suite des Mille Noms, The Shadow Throne, qui vient de paraître ! Pour l'occasion, l'auteur, Django Wexler, vient de faire un nouveau AMA (Ask Me Anything) sur Reddit !

De mon côté, après avoir entamé ce tome 2, on retrouve indéniablement le charme des écris de l'auteur malgré le changement de cadre.