News

Halloween 2017 : retour au Village !

Enfin, quand je dis au village... mais vous verrez bien en cours de lecture ! :-) 

Après les scènes coupées l'an passé, j'avais en tout cas envie depuis quelques temps de revenir à cet univers, notamment le temps d'une nouvelle. Dans le cas présent, je parlerai plutôt de texte et de "proto-nouvelle", car en vue d'une "véritable" parution, j'aurais besoin de lui consacrer un peu plus de temps pour polir tout ça. 
Néanmoins, en ce 31 octobre, on peut dire que c'est au moins un récit d'ambiance. 
En espérant que ces quelques mots ne vous aient pas refroidis ! 

Ce texte peut se lire que vous ayez déjà lu Le village (nommé au Prix Imaginales cette année, je l'ai déjà dit ?) ou pas. Si vous l'avez lu, il devrait vous faire cogiter sur certains points... en tout cas, c'est le but ! 

Bonne lecture. 

Une antho sous le sapin !

La preuve par l'image, j'ai eu droit à un joli cadeau de Noël en avance aujourd'hui !

J'ai déjà parlé de ma participation à l'anthologie "Routes" de Rivière Blanche dans ce billet - et notamment de sa disponibilité "officielle" en janvier - alors je ne vais pas me répéter ici, mais je ne pensais pas la recevoir si vite de l'autre côté de l'Atlantique ! 
Et dire que je suis déjà en train d'abîmer l'un de mes deux exemplaires "auteur", ah, la, la. 

Espérons que ça ne soit qu'un avant-goût du reste de la semaine !

En attendant la chute de la maison aux flèches d'argent

Le roman d'Aliette de Bodard, que j'ai eu le plaisir de traduire cette année, arrivera en janvier 2017 en version française, chez Fleuve Editions, dans la collection Outre Fleuve.
Ci-contre, la couverture !

Mais en attendant, si vous souhaitez retrouver la prose d'Aliette, je ne peux que vous encourager à découvrir la revue électronique Angle Mort.
Si la nouvelle L'Ange au cœur de la pluie est en lecture libre sur leur site, j’aimerais vraiment vous pousser à vous intéresser à ce numéro 12 - comme à tous les précédents !
Pour une somme très modeste, vous pourrez découvrir des nouvelles de très grande qualité. De quoi démontrer une fois encore la vitalité de ce format ! Et ceux qui le défendent méritent bien qu'on les mette en avant. 

Un avant-goût de 2017 et de Célestopol

Début octobre, la campagne Ulule de Gentlemen mécaniques (entre autres anthologies prévues aux Editions de l’Instant) s’est achevée avec un certain succès, puisque les 200% de la somme d’origine demandée ont été dépassés.

Parmi les « formules » offertes, l’offre de base à 20 euros comprenait le recueil en question ainsi qu’une nouvelle supplémentaire en numérique. Une nouvelle de mon cru désormais disponible, ce qui forcément représentait une certaine pression pour moi, à plusieurs titres. D’une part car attendant que Gentlemen mécaniques quitte l'entrepôt de l'imprimerie, ce sera un premier aperçu.
Et d'autre part, car il s’agit aussi du premier aperçu de Célestopol, avant même la nouvelle à l’origine du projet présente justement dans ce même recueil (en version papier pour le coup, évidemment) ! Autant dire que, comme souvent, ce n’est pas forcément ce qui était prévu au départ, en tout cas, pas il y a quelques mois encore.
C’est aussi mon premier texte proposé en version numérique (conçue par Emmanuel Gob, que je remercie au passage.)

Mais voilà, la nouvelle est désormais dispo ! Pour la présenter, autant laisser la parole à mon éditeur. Je me sentirai moins gêné.

« Face cachée » est une nouvelle d’exploration et d’apprentissage, hommage multiple à différents archétypes de la littérature du XIXème siècle et une excellente découverte de Célestopol, la ville phare du prochain recueil éponyme d’Emmanuel Chastellière, dont vous retrouverez une autre facette au sein de l’anthologie « Gentlemen mécaniques ».
Hommage et détournement assumé de la littérature d’aventure des romans feuilletons qui remplissaient les pages des journaux de la Belle Époque, « Face cachée » joue avec les personnages et les caractères de ces héros : la belle aventurière, le duc tout-puissant au charme irrésistible, la pirate de mer de Chine, le journaliste curieux et les détourne en figures inversées des Rastignac, Rouletabille, Serge Alexandrovich et autres Milady dont cette presse fin de siècle nous abreuvait.
Aventures, complots, jeux de pouvoir et de séduction et, les couvant et les attisant, la mégalopole ultime : Célestopol.
Préparez vos tickets, il est temps d’embarquer.

 

J’espère que cette première (techniquement, ce doit être la cinquième ou sixième) nouvelle dans l’univers de Célestopol vous plaira.
Si vous n’avez pas participé à la campagne Ulule, il se peut qu’elle arrive bientôt à la vente (à prix doux, évidemment) sur les plateformes numériques habituelles !

Evolution - D'une version à l'autre...

Et voilà !
Cette fois, c'est la bonne apparemment. J'ai terminé les retouches/relectures/modifs concernant ma nouvelle Brasier, à paraître l'année prochaine dans l'anthologie Routes de légendes publiée chez Rivière Blanche
Et comme une image est souvent plus parlante qu'un long discours... 

Certes, vu comme ça, ça peut sembler... impressionnant.
Mais il n'y avait parfois que quelques phrases de différence entre deux versions, voire une poignée d'annotations en attente de réponse en marge, je vous rassure ! 
Et quoi qu'il en soit, j'en profite pour remercier une fois encore Estelle et Jérôme pour leur confiance, leur patience et leurs conseils précieux. 

Pour une nouvelle, c'est une bonne nouvelle !

Il y a des semaines qui commencent mieux que d'autres !
C'est le cas de celle-ci, en apprenant lundi de bon matin que j'avais une nouvelle retenue dans l'anthologie Routes de légendes dirigée par Estelle Faye et Jérôme Akkouche. 
En tant que lecteur, j'ai toujours aimé les nouvelles et je lis en général trois ou quatre recueils par an, minimum. Créer une atmosphère envoûtante, des personnages crédibles et une histoire prenante en quelques pages, c'est tout un art.
Et un exercice délicat qui, pour moi, plus encore qu'un roman, passe avant tout par une vision marquante ou une (très) bonne idée de départ. Dans le cas de mon texte, ce n'est évidemment pas à moi d'en juger ! Mais je suis vraiment content de me retrouver au sommaire de cette anthologie (et même ému du mail que j'ai reçu et des termes employés pour qualifier mon texte), avec une nouvelle que je n'ai pas ménagée !
Une chose est sûre, il n'y a toujours pas de capuche en vue. A vrai dire, je ne reviendrai pas sur le fond de l'histoire ici et maintenant (c'est sûrement trop tôt de toute façon), mais je crois que le contexte a de quoi surprendre.
Finalement, ce n'est que le second appel à textes auquel je réponds dans ma vie et le premier remontait à des années. Je devrais peut-être m'arrêter là pour conserver un taux de réussite de 50% ! ^^
Pour "fêter" ça et commencer à faire la distinction entre mes travaux en traduction et "le reste" vous aurez peut-être noté l'apparition d'un onglet Écriture dans le menu.