News

Les Imaginales, une semaine déjà...

J'ai l'impression de dire que le temps file un billet sur deux !
Après un message de remerciements général l'autre jour sur Facebook, voici un focus un peu plus perso sur mon édition 2018. 

Comme je vous l'avais annoncé, je participais cette année à trois tables rondes. Retrouvez ci-dessous des extraits vidéos de celles-ci (enfin, je cherche toujours une trace de la première, celle sur les mondes rétro-futuristes, si jamais vous avez ça...), de même qu'une courte interview pour ActuSF (dont il faut saluer justement la couverture du festival en vidéo), où je parle essentiellement de L'Empire du Léopard
Le vendredi après-midi, je participais aussi au match d'écriture. Ce fut un exercice intéressant, mais très frustrant. Non pas à cause du thème ou des contraintes imposées mais bien car j'ai eu l'impression d'écrire un brouillon de brouillon en 1h45. Mais bon, je ne regrette pas l'expérience pour autant !

Le reste du temps... je l'ai essentiellement passé à ma table en tant qu'auteur, après avoir salué Steven Erikson bien sûr dès le jeudi après-midi ! Tout de même, j'étais aussi présent en tant que traducteur des Jardins de la Lune, et merci aux personnes qui m'ont aussi fait signer ce roman-là, c'était un clin d’œil amusant. 
S'il faisait très très chaud cette année sous la Bulle du livre - les orages ont attendu lundi pour éclater - c'était un plaisir de vous croiser par cent... euh, par dizaines ! Avec 4 romans à défendre devant moi, il n'était pas toujours facile de jongler d'une ambiance à l'autre pour les présenter, mais j'espère avoir fait de mon mieux. 

En tout cas, on ne s'en rend pas compte tout de suite mais je suis rentré chez moi la voix bien enrouée à force de devoir me pencher au-dessus de la table pour me faire entendre étant donné le brouhaha ambiant. 
Merci à toutes celles et ceux qui ont eu la curiosité de s'arrêter à ma table, ou qui sont revenus d'une année sur l'autre, pour certains. Désolé aussi pour les rendez-vous manqués - pas toujours de ma faute ! - ou les moments d'attente ! Forcément, je suis ravi, pour le symbole, d'avoir épuisé le stock de Célestopol et bien tapé dans les autres piles, que ce soit L'Empire donc, mais aussi Poussière Fantôme et, même, encore, Le village (+ de 20 exemplaires deux ans après sa sortie, je trouve ça pas mal !). 
Certains petits mots se ressemblent peut-être un peu, mais j'ai tenté de personnalisé chaque dédicace. 

Ici aussi, je remercie bien entendu tous les bénévoles et les organisatrices et organisateurs des Imaginales, qui ne ménagent jamais leur temps ou leurs efforts pour les auteurs et les visiteurs. 

Bien sûr, les Imaginales, c'est aussi l'occasion de discuter avenir et projets, parfois inattendus... autant dire que cette édition n'a pas fait exception ! Mais ça... je vous en reparle très vite, avec un peu de chance. 

Et à l’année prochaine, j'espère ! 

Les vidéos :

Evènement : les Futuriales 2018 !

Chers amis !
Retrouvez-moi samedi 5 mai à Aulnay-sous-Bois, dans le cadre du festival des Futuriales (9e édition), à partir de 10h !

Cette manifestation - qui se tient dans le parc Dumont - met chaque année à l’honneur les littératures de l’imaginaire tous genres confondus, SF, Fantasy, et Fantastique, en leur offrant un espace de valorisation, de visibilité et de rencontres avec les lecteurs. 
La librairie propose à la vente les trois derniers titres par auteurs. 

J'aurais donc le plaisir d'être présent sur place, avec plus de 40 auteurs invités pour l'occasion !

Oh, et en prime, un certain Célestopol est en lice pour le prix Révélation 2018... 

Festival d'Eté de Québec 2015

Oui, un billet 100% musical cette fois !
Après tout, j'aborde parfois cet art ici-même, sans parler de certaines interventions à ce sujet sur les réseaux sociaux.
Et puis, qui ne travaille pas en musique ? Pas moi en tout cas.

L'un des avantages d'avoir déménagé à Québec, c'est bien de profiter de son festival d'été. 10 jours de concerts sur trois ou quatre scènes différentes, pour un "macaron" à 80 dollars tout compris.

Le meilleur :

Family of the year, jeudi 9 juillet :

Seul bémol, le parc de la francophonie, c'est tout petit ! Mais même derrière les grilles, un très bon moment, et pas seulement à base de ballades larmoyantes... 

Royal Blood/Foo Fighters, samedi 11 juillet :
Et ce même si le concert des Foo Fighters fut interrompu définitivement au bout de 4 morceaux à peine... Mais l'atmosphère toute particulière de cette soirée sous l'orage, la qualité du show proposé malgré tout, la foule déchaînée... Mémorable.

IAM, jeudi 16 juillet :
4eme venue du groupe mais premier passage sur les plaines d'Abraham... Efficace et rythmé, avec un public qui connaissait mieux les classiques que ce que j'aurais cru.

Interpol, vendredi 17 juillet :
Très belle performance, bien que manquant un peu de cœur. Pas vraiment de communion avec le public (ah, cette formulation bateau...) malgré la présence de nombreux fans.

Deep Purple, dimanche 19 juillet :
Je n'en attendais rien, je ne connaissais quasiment rien du groupe à part Smoke On The Water - désolé... - et j'ai été agréablement surpris, malgré les 12° à cause du vent.

Le "c'était bof ou pas loin" :

Évidemment, pas fou, nous avons fait l'impasse sur l'affiche du dimanche 12... Iggy Azalea. Arrivée en retard, à peine une heure de show, "l'artiste" s'est vue par la suite sifflée à chaque passage de son "tube" dans les enceintes, même une semaine après. Chapeau !
Malgré une foule impressionnante de 100 000 personnes, je n'ai pas été plus sensible que ça aux Rolling Stones. Difficile de ne pas avoir l'impression que, comme d'autres cela dit, ils tournent avant tout pour faire entrer des sous dans la caisse... Alors quand, en plus, on n'est pas fan... 

Le reste :

Megadeth, Boston, Viet Cong, Future Islands, Skrillex, Diplo... Du bon, du très bon ou du "Bon, heureusement qu'on est assis dans l'herbe fraîche un soir de juillet, oh, tiens, regarde ce qui se passe dans les fourrés", mais pas de grosse découverte.

Bonus :
La chaîne Youtube du festival, bien remplie.
D'ailleurs, on peut souligner aussi que globalement, l'organisation était très bonne.