News

Ecriture : planning de printemps

Illustration : Ahmed Aldoori

Un projet de roman - ou de recueil - évolue toujours en cours de route. Même en se préparant, en tâchant de se simplifier la vie, il y a toujours des imprévus. Qu’ils concernent le quotidien, ou la phase d’écriture proprement dite, les deux s’associent d’ailleurs souvent.
Ce mois d’avril me voit donc mettre en pause Célestopol 1922 autour de 80% du travail (de premier jet) bouclé (pour me la jouer statistiques à la Brandon Sanderson).
J’ai bien avancé, parfois plus vite que je ne l’aurais cru, parfois moins, et, bien entendu, des nouvelles dont je n’avais pas la moindre idée au moment d’élaborer mon sommaire sont venues se greffer à la table des matières, tandis que d’autres disparaissaient, histoire de faire bonne mesure.
Je continuerai à travailler sur le projet, à la marge, dans les semaines à venir, mais, désormais, place à l’autre gros morceau de mon année 2019 : passer en mode “hisser la grand-voile” pour mon deuxième roman chez Critic, en retournant dans l’univers de L’Empire du Léopard, mais 25 (enfin, 26…) ans plus tard .
Et c’est (re)parti !

Une petite idée de l’ambiance avec ce morceau d’Amon Tobin (y compris jusque dans son titre !).


Célestopol, la présentation de Libretto

Le 2 mai approche !

Et cette fois Célestopol a pris toute sa place sur le site des éditions Libretto, avec notamment une nouvelle quatrième de couverture.
Que dire ? Je la trouve parfaite.
Eh oui, il n’y a pas que Game of Thrones dans la vie ces jours-ci !

Célestopol, cité lunaire de l’empire de Russie, est la ville de toutes les magnificences et de toutes les démesures. Dominée par un duc lui-même extravagant, mégalomane et ambitieux, elle représente, face à une Terre en pleine décadence, le renouveau des arts et la pointe du progrès technologique. On y suit des habitants en quête d’émancipation, rebelles, insoumis – à l’image de la métropole –, qui portent en eux des colères intimes et des fêlures profondes.
Dans ce volume de fantasy d’influence steampunk, l’auteur nous livre un hommage décalé et ambitieux au romantisme slave.
— Libretto

Célestopol, la couverture du poche !

Après l’annonce de cette sortie le mois dernier…
Place à la découverte de la couverture, ci-dessous. Pour rappel, Célestopol fera son entrée chez Libretto le 2 mai prochain. Personnellement, je la juge tout à fait dans la “charte graphique” de cette maison.
Mais ce n’est d’ailleurs pas la seule actualité du moment pour cet univers. J’aurais en effet la chance et le plaisir de proposer une nouvelle inédite se déroulant à Célestopol, dans le cadre d’une anthologie à paraître aux éditions Oneiroi, une annonce là encore qui vient tout juste de tomber.

PS : concernant la sortie du poche chez Libretto, vous êtes libraire, journaliste, blogueuse ou blogueur et cette parution vous intéresse ? N’hésitez pas à me contacter ! :)

Célestopol arrive en poche chez Libretto

Ah, depuis le temps que j’avais envie de partager cette nouvelle avec vous !
Mais voilà, c’est désormais “officiel” : Célestopol va connaître une nouvelle vie, en poche cette fois, chez Libretto.

Petite considération personnelle : Libretto est l’un de mes deux éditeurs poche préférés - je garde le mystère quant au second - et me retrouver au catalogue de cette maison haut de gamme en compagnie de noms aussi prestigieux que Bartol, Kent, Legátová, London, McDonald, ou Stevenson (ou Fabien Clavel plus près de chez nous), c’est tout de même quelque chose de fort pour mon petit cœur.
Et plus sérieusement, une grande fierté (même si je suis loin de me comparer à de tels auteurs, évidemment).
Depuis sa parution au printemps 2017 aux éditions de l’instant, je me suis battu sans relâche pour ce recueil, pour tenter de lui apporter un peu de visibilité (de bien des façons, je songe à la BD par exemple), et cette parution constitue un petit aboutissement. Célestopol représente tant à mes yeux. Le souvenir de l’insaisissable, d’instants volés réunis dans l’espoir de les conserver… souvent pour mieux les égarer.

Mais je m’égare, justement !
Pour en revenir à cette version poche, elle sera disponible dès le 2 mai prochain, au format papier mais également en numérique, pour celles et ceux qui préfèrent le livre électronique. En parallèle, sachez qu’une page Facebook officielle est à présent ouverte ! N’hésitez pas à vous abonner pour suivre toute l’actualité de Célestopol en vue de cette sortie poche, et pourquoi pas, celle aussi d’un certain Célestopol 1922

Au menu en 2019

Après le bilan 2018, il est temps de parler de cette année 2019 !

Traduction :

Une année sous le signe de Steven Erikson...
Dès le mois prochain en principe, je vais retrouver l'univers du Livre des Martyrs, avec la traduction du tome 6, The Bonehunters. Un pavé de plus de 1000 pages m'attend... Autant dire que je vais travailler dessus de longs mois.
Ensuite... j'ai potentiellement plusieurs pistes, mais rien de finalisé à cette heure. Il va falloir mener ça en parallèle, bien entendu. Donc, chers amis éditeurs… Call Me Maybe.

Ecriture :

L'an passé, j'ai eu la chance de publier deux romans la même année, et même à une semaine d'intervalle (!). Cette année 2019 sera plus "calme" et avant tout placée sous le signe de... l'écriture justement, en prévision de 2020. Mais pas que mine de rien, loin de là !

A Célestopol
Ma “fameuse nouvelle” Toungouska, située dans l'univers de Célestopol, ne devrait plus tarder du côté de l'anthologie de Damien Snyers, Donnez-moi des nouvelles. J'espère vous en reparler bientôt, pour de bon cette fois !
Toujours du côté de la Lune, en cette année des cinquante ans de la conquête de notre satellite, je participe à une anthologie destinée à présenter le genre steampunk, chez Oneiroi éditions. Il s'agit d'un texte de 50 000 signes environ, répondant au thème "écologie et folie technologique".
Et j'ai même une troisième nouvelle de prévue...

Tout ça pour dire que 2019 sera aussi une année Célestopol, et ce pour différentes raisons encore.
Tout d'abord... Ah, mince, c'est que je ne peux pas encore en parler ! Mais ce n'est plus qu'une question de jours... Le très gros morceau, c'est bien sûr mon projet de nouveau recueil dans cet univers, désormais baptisé Célestopol 1922. Comme ce nom de code le laisse entendre, toutes les nouvelles, sauf deux, se dérouleront la même année en ville (et ailleurs.). J'espère qu'il pourra être près pour la fin de l'année. Pour l'instant, je dirai que j'en suis à peu près 40% d'un premier jet "viable".

Sur les terres de L’Empire du Léopard
Mon autre gros chantier sur un plan personnel, c'est donc un retour à l'univers de L'Empire du Léopard. Il ne s'agira pas d'une suite, mais d'un autre one-shot, se déroulant 25 ans après L'Empire, et toujours dans la péninsule de la Lune-d'Or. Le seul personnage en commun entre les deux romans sera le capitaine mercenaire Artemis Cortellan. Pour le reste, vous retrouverez une large majorité des ingrédients déjà présents dans l'Empire, mais dans un roman plus dense et... plus court !
Il devrait arriver au printemps 2020, toujours chez Critic.
Mais avant l'année prochaine, il sera possible de replonger dans cet univers-là, puisque j'ai eu le plaisir d'être invité à participer de nouveau à l'anthologie du Salon Fantastique - après l'édition 2018. Dans cette nouvelle, il sera plus précisément question... d'alchimie.

Autre :
Ce premier semestre 2019 sera également très dense, avec la mise en branle désormais tout à fait concrète de mon projet commun avec Anthelme Hauchecorne, à destination d’un lectorat Young Adult. J’espère que nous aurons l’occasion d’en reparler très bientôt là aussi.

Et surtout… meilleurs vœux à toutes et tous pour 2019 !

Un billet retour pour Célestopol, s'il vous plaît !

C’était dans les tuyaux… et surtout un vif désir de ma part.
Depuis quelques semaines maintenant, j’arpente de nouveau les rues de Célestopol. Pourquoi, comment, ça…

J’envisageais deux options : soit un roman à part entière dans l’univers, une idée que je n’ai pas abandonnée. Soit, eh bien, un nouveau recueil de nouvelles, sur le même principe que le premier. Se promener au fil des canaux et du temps dans la cité lunaire, tout en gardant un fil rouge de bout en bout.
Ce sera donc encore le cas cette fois.

Vous pouvez même découvrir ci-dessus une table des matières provisoire.
Plusieurs titres sont avant tout des “noms de code” correspondant à des versions de travail (il n’y aura pas de titre de nouvelle en anglais cette fois). Certaines nouvelles envisagées vont peut-être finalement disparaître au profit d’autres.
Comme souvent, chaque projet littéraire est mouvant, vivant.
Tout ce que je peux dire, c’est que la vision d’ensemble conservera, je l’espère en tout cas, ce qui a fait la force du premier, c’est à dire un soupçon de merveilleux et une pincée de steampunk (pour la forme), mais dans un contexte loin d’être idyllique, lui…

Et en parallèle, vous l’aurez remarqué sur la photo, je me suis aussi fait un petit plaisir : un tampon aux couleurs des armoiries de Célestopol, crées par Em. Si ça “parle” à certains, je comptais bien m’en servir pour de prochaines dédicaces… car j’ai encore d’autres choses à annoncer autour de cet univers. :-)

La mini-FAQ :

C’est pour quand ?
Fin 2019.
Pourrais-je le lire si je n’ai pas lu Célestopol ?
Oui ! Les deux recueils seront indépendants, mais avec tout de même des liens évidents pour celles et ceux qui connaissent déjà la cité.
Retrouvera-t-on certains personnages déjà croisés ?
Oui, bien sûr. De nouvelles aventures les attendent ! Et de nouveaux protagonistes, aussi ! Je pense qu’un certain personnage, une sorte de Tommy Shelby (se prétendant) sorcier (et qui aurait vraiment mal tourné) devrait plaire…
Découvrira-t-on de nouveaux lieux ?
Oui, et pas seulement les couloirs du métro de Célestopol ou un solarium en orbite autour de la Lune. On devrait également faire quelques passages sur Terre.
Le génial Marc Simonetti est de retour lui aussi ?
Marc m’a en effet fait le grand plaisir de me donner son accord pour illustrer de nouveau Célestopol.

Concours Célestopol : résultat !

Après un dépouillement comprenant des centaines... hum, bon, des dizaines de participations, Frigg, l'émérite huissier à qui je n'ai pas demandé son avis pour l'embarquer dans cette histoire, a donc désigné... 

Camille B., comme la gagnante de ce "grand" concours
Elle recevra donc comme convenu un exemplaire de Célestopol, ainsi que la fameuse lampe lune... et même un petit cadeau bonus !  
Surprise en vue. :-) 



Merci à toutes les participantes et toutes les participants : 77 au total, + 4 qui n'ont pas donné les bonnes réponses, à savoir : 

- Oderint dum metuant « Qu'ils me haïssent, pourvu qu'ils me craignent ! »
- 1851
- Le duc Nikolaï 


Pour toutes celles ceux qui n'ont pas gagné, vous devriez malgré tout bientôt pouvoir découvrir cet univers si le cœur vous en dit. Et pour ceux qui le connaissent déjà, il se profile aussi quelque chose... 

(Sinon, ma dédicace de samedi dernier s'est très bien passée ! Même si évidemment, actualité 2018 oblige, Célestopol n'était pas au centre des signatures, mais plutôt L'Empire du Léopard et un peu Poussière fantôme, bien sûr !)